Endpoint Protector Appliance: Stoppez le vol de donnees sur Windows et Mac

 

Gérer la sécurité de l’entreprise de manière centralisée

Un des plus importants aspects quand on parle d’un logiciel DLP (Data Loss Prevention) est la possibilité de gérer la sécurité des données de façon centralisée.
Pourquoi est-il aussi important de pouvoir tout faire au sein d’un même tableau de commande central ?
Parce que le responsable de sécurité doit avoir les informations concernant le réseau de manière bien organisée et facile à trouver en tout moment. Il doit savoir qui peut accéder aux données, qui a déjà copié ou modifié des données, qui à connecté des appareils potentiellement dangereux dans le réseau et ainsi de suite.
Il est également important que l’interface du logiciel soit intuitive et que les menus soient bien structurés.
Un autre point à mentionner est la possibilité d’obtenir des rapports et statistiques en ce qui concerne la fréquence et les initiateurs des comportements potentiellement risqués.
Ces trois caractéristiques sont primordiales pour un logiciel de potection contre les fuites de données à gestion centralisée.

Nouveau service pour combattre la cybercriminalité aux Etats-Unis

Un rapport sur la sécurité des réseaux numériques , commandé au mois de février par le Président des Etats-Unis, Barack Obama, préconisait la nomination d’un coordinateur rattaché à la Maison-Blanche. Il recommande aussi la création d’une direction spéciale intégrée au Conseil de sécurité nationale ainsi que des partenariats internationaux pour combattre la cybercriminalité et l’espionnage.

Le président a annoncé qu’il nommerait un coordinateur chargé de la lutte contre la cybercriminalité.

Le cyberespace est une réalité, de même que les risques qui l’accompagnent, a-t-il dit lors d’une réunion à la Maison-Blanche consacrée aux menaces contre les infrastructures numériques que font peser le crime organisé, l’espionnage industriel ou l’espionnage classique.

« Je vais créer un nouveau service rattaché à la Maison-Blanche qui sera dirigé par un coordinateur chargé de la cybersécurité. En raison de l’importance cruciale de cette tâche, je choisirai personnellement ce responsable », a-t-il ajouté.

Barack Obama a précisé que son administration n’édicterait pas de normes en matière de sécurité numérique, mais qu’elle s’efforcerait de renforcer les partenariats entre public et privé et les investissements en recherche et développement afin d’améliorer la sécurité des infrastructures de l’information. « Notre quête de cybersécurité ne comprendra pas de mises sur écoute ni de surveillance des réseaux privés ou du trafic sur Internet », a-t-il insisté.

Les failles actuelles dans les réseaux numériques ont conduit à de graves incidents. Barack Obama lui-même en a été victime lors de sa campagne présidentielle.

Entre les mois d’août et d’octobre, des hackers ont accédé à des courriers électroniques et à une série de documents liés à ma campagne, allant d’argumentaires politiques à des projets de déplacement, a confié Barack Obama.

Video: Sécurité contre la fuite de données dans les entreprises

Vous êtes en toute sécurité avec le logiciel installé, car vos données sont protégées à tout moment.

Une bonne nouvelle pour les fournisseurs de solutions de sécurité : les dépenses dans ce secteur vont augmenter à cause de la crise financière

Selon une étude CA, 42% des entreprises prévoient d’augmenter leurs dépenses en sécurité informatique, à cause de la crise financière . 50% d’entre entreprises questionnées pensent qu’elles resteront stables et seulement 8% envisagent de baisser les coûts dans ce domaine.

A cause de la crise économique, beaucoup d’entreprises ont du se restructurer et procéder à des licenciements. 67% des PME et 73% des grandes entreprises pensent que ces licenciements constituent une menace pour leur système informatique interne. Á ce titre, l’étude CA révèle qu’en Amérique du Nord, les incidents de sécurité dans les entreprises coûtent en moyenne 418 000 dollars.

Le vrai chiffre est probablement plus grand si l’on prend en compte le temps perdu à identifier et remédier à ces incidents, ainsi que les dommages sur la réputation de l’organisation précise CA.

La conclusion est une bonne nouvelle pour les fournisseurs de solutions de sécurité : qu’il s’agisse de mise en conformité ou de prévention contre les menaces internes/interne, la plupart des répondants de l’étude envisagent une augmentation des dépenses en sécurité informatique.

Fuite de données confidentielles des archives nationales aux Etats-Unis

Une fuite des données sensibles a été signalée aux Etats-Unis, où les archives nationales ont perdu un disque contenant des informations confidentielles datant de la présidence Clinton.

Selon les élus du Congrès, parmi ces données sensibles il y avait des numéros de sécurité sociale, des adresses et des modes opératoires des services secrets et de la Maison Blanche.

Il semble que le numéro de sécurité sociale de l’une des trois filles de l’ancien vice-président Al Gore figure par exemple sur le disque égaré, ainsi que des compte rendus d’événements mondains ou politiques, ce qui indique une brèche de sécurité à un niveau très élévé, qui nous hausse un signe d’interrogation en ce qui concerne la sécurité et les mesures prises par les personnes en charge.

Selon un article publié les jours passés, le FBI enquête sur la perte de ces informations, qui représentent mille milliards d’octets de données, d’après deux représentants, un démocrate et un républicain. Il y a là de quoi remplir des millions d’ouvrages, mais les archives n’avaient pas exploré l’ensemble.

Plus de cent personnes avaient accès à la zone de stockage, située en périphérie de Washington, dans le Maryland.

Quel est l’impact des fuites et vols de données dans les entreprises ?

Le premier souci des professionnels de la sécurité c’est la fuite d’informations à l’intérieur de l’entreprise. Le deuxième souci c’est la sécurisation des accès distants, des utilisateurs nomades et du travail collaboratif désormais étendu. Selon les experts, l’un et l’autre sont liés.

Ces deux priorités ont été mises en avant lors du dernier salon InfoSecurity Europe (http://www.infosec.co.uk/). Elles conduisent à la DLP -Data Leakage Prevention ou Data Loss Prevention. Selon les études entreprises, un responsable de la sécurité informatique sur deux (49%) place la fuite d’informations concernant des clients ou des employés en tête des menaces planant sur l’entreprise. Suivent les attaques par e-mail (41%) et celles par Web (36%).

En fait, cette situation s’explique parfaitement. Aujourd’hui, 60% des données professionnelles sont stockées sur des postes de travail. Et elles circulent. Ainsi, 39% des utilisateurs de clés USB les utilisent pour des transferts entre l’entreprise et le domicile…

Avec la multiplication des réseaux sans fil et des périphériques mobiles de grande capacité capables de stocker et de transmettre des informations, la sécurité a changé de champs de bataille: ce n’est plus le réseau d’entreprise qu’il faut protéger, mais l’information elle-même!

Alors, quels sont les solutions qui s’imposent ? Interdire l’usage des clés USB? Limiter l’usage de l’ordinateur portable? Voire celui du téléphone mobile? Impossible! Le problème n’est pas seulement lié à la mobilité. Au contraire, estime le Ponemon Institute. Selon ses estimations, 78% des fuites en entreprise proviennent de personnes internes et autorisées à accéder à ces informations. De même, 95% des pertes de données ne sont pas intentionnelles: tout un chacun peut fort bien choisir accidentellement le mauvais destinataire en utilisant la fonction de recherche automatique (auto-complete) du client de messagerie.

La fuite de données confidentielles est un sujet préoccupant, que ce soit un désagrément mineur ou une perturbation financière majeure. Selon le type de données perdues, les dégâts peuvent ternir la réputation d’une entreprise, lui faire perdre du chiffre d’affaires ou lui faire payer des pénalités financières exorbitantes suite à des amendes ou des poursuites judiciaires.